Here is a short tutorial about watercolour rendering
with Painter for a character design.
This technique is inspired by my previous works as a video
game designer.
A few years ago I should have done this with classic
designer's markers (Pantone Tria )and/or high quality
liquid inks for aibrush (Schmincke Aerocolor ).
But now I'm working a lot with Painter. This software is able
to give the same result, faster, cleaner and with the
priceless "Undo" button. It's even more ecological !!! (No
paper, no blender, no thinner ! )
The first step consist to choose among several rough sketches
one attitude for the character. The posing may reflect the
character mood or role but it's not the more important. The first
priority is the description of the full body structure. Because this
picture is dedicated to be the visual reference of the character.
The other drawings I will do further with this dragon would all be
inspired by this first design.
Here is the rough sketch of the dragon.
I'ts made with a classic 0.5 soft pen.
For the second step I use a lightbox and I draw up
a clean version of the first sketch, using a classical
printing paper and the same pen.
The clean draft is then scanned in gray levels in
300dpi.
Sometimes I clean the work with an inking tool
(japanese technical pens and brushes with ink
cartridges refill ).

For this work I've replaced the Inking phase by a little
trick...
STEP ONE: DRAW
STEP TWO: CLEAN
I use the scanned version of the drawing and I balance
the black and grey levels till every grey looks black.
You can compare the first image (pure soft pen: pale
and grey ) with the second (same tools but with the
software tweaking : harsh and black ).
Thus you can obtain a good result and (in a few
seconds)a correct inking !
STEP THREE : FIND THE TONES
I use now my loyal Painter software with the water color
mode (simple water mode ).
I fill the whole character with several layers of colors.
With an opacity level of 30% maximum. So you can
obtain some blendings very close to a classic acrylic
"glacis".
At this step all the important color schemes are already
on the layout. I choose a mix of greens and emerald
blue. In a first try the dragon was red and yellow but it
was a too much "Dungeons & Dragons" color scheme.

STEP FOUR : ADD DETAILS
The new step consist in adding all the details.
I use a medium green with a 30% opacity level for the
round green dots on the belly scales edges.
I add a light green with a 90% opacity level (wich means
no blending with the underlay )for the light green strokes.
This effect embellish the texture of the creature skin.
The last detail is the eye. For a maximal contrast with the
green color of the creature, I have chosen a bright yellow.

Then, before the final step I clean all the watercolor who
has passed beyond the outline black line. The "water
colour eraser" tool is used. This tool erase the color but
won't erase the black outline of the step 2.
STEP FIVE: HIGHLIGHTS
For the final step I use another tool.
I add a layer above the watercolour layer, and then
change for the thin airbrush tool.
With very slight strokes of a lighter green I highlight the
texture.
Et voilà !
If this tutorial is of any use to you... just let me know. So I
will try to bring you some other stuff like this one...
Voici un petit tutorial qui concerne l'utilisation de Painter lors de la mise en
couleur d'une recherche de personnage.
Cette technique est dérivée de la technique "classique" que j'utilisais il y a quelques
années avec du matériel plus conventionnel.
J'utilisais alors les outils suivants:
Pour l'encrage, des feutres noirs japonais millimétrés de différentes tailles le 0.1
pour les détails et le 0.5 pour les traits épais, le reste était fait avec du 0.3.
Lorsque je voulais un trait plus vivant avec des pleins et des déliés je me saisissais
d'un feutre pinceau avec des cartouches d'encre de chine.
Pour la mise en couleurs, mes outils de prédilection étaient les ruineux marqueurs à
trois pointes Pantone Tria et les peintures liquides pour aérographes Aerocolor que
j'utilisais au pinceau en glacis successifs très humidifiés.

J'utilise maintenant principalement un procédé informatique qui me permet de
combiner tous les outils d'un atelier dans l'espace exigu d'un ordinateur (gain de
place ). Ce procédé est également plus rapide, plus propre (finis les pots d'encres
qui viennent malencontreusement se renverser, finis aussi les soirs de fatigue où
l'on finit par confondre son pot d'eau pour la peinture et sa tasse de café ...). Et
surtout grâce à l'option "Undo" (annuler la dernière manip ) on a enfin le droit de
se tromper !


ETAPE 1 : GRIBOUILLER
Au départ il faut choisir parmis quelques rapides crayonnés, celui qui
servira de base pour le reste du travail. Avoir une pose dynamique est un
plus, mais il ne faut pas que cette pose soit une
démonstration technique de souplesse anatomique ou de raccourcis. Si
ces valeurs sont très appréciées dans une BD ou un story-board, ici elles
sont assez parasites...
L'exercice constitue plutôt à établir une base documentaire qui servira de
référence à tous les autres dessins de ce personnage que j'aurai à faire
plus tard... Et le tout en un seul dessin.
Comme vous l'aurez sûrement constaté, le sujet de ce dessin est
un ... dragon !
Le premier dessin est celui que j'ai réalisé pour me servir de base.
Il est réalisé sur du bête papier machine avec un porte-mine 0.5 HB.
A cette étape là, je n'utilise pas la gomme pour "cleaner" le dessin.
Je me la réserve pour l'étape suivante :)
ETAPE DEUX : MISE AU NET
Dans le jargon de l'animation et de la BD on dit plutôt "cleaner" un
dessin (sous-entendu le rendre plus clean ) mais mes profs
insistaient pour que nous appellions cette phase la "mise au net".
Cette étape consiste donc à s'emparer d'une table lumineuse et de
"décalquer" tout en enjolivant le dessin précédent sur une nouvelle
feuille de papier ordinaire.
Dans le second dessin (puisqu'il s'agit de celui-là ) vous pourrez
constater la foultitude de petits détails qui ont été ajoutés.

Théoriquement, c'est à ce moment qu'intervient la fastidieuse
étape de "l'encrage". Il s'agirait alors de repasser tout le crayon
avec de l'encre de chine au moyen de feutres, plumes ou
pinceaux.
C'est là que l'informatique va apporter son premier bienfait...

Tout d'abord, il faut débarasser le dessin au crayon de tous ses
petits défauts:
Traits trop fins à renforcer.
traces de doigts ou dérapages de gomme à effacer.
Et ne préserver que les traits qui apparaitront au final dans le
dessin.
Ensuite je scanne le dessin en mode "niveaux de gris" à 300dpi.
Puis je règle les niveaux de l'image sous photoshop. L'option niveau
automatique donne souvent des résultats, mais il est plus efficace de les
régler manuellement. Le jeu consiste à bouger les curseurs afin de
modifier les traits gris du crayonné (comme dans la première image ).
En bougeant le curseur des niveaux de gris vers le noir, on arrive à
supprimer tous les effets typiques du crayon. La seconde image montre
le résultat final. Cette image est un crayonné dont les valeurs de gris ont
été altérées. On a réellement l'impression que ce dessin a été encré.
Cette opération a duré quelques secondes, un encrage classique aurait
facilement demandé 20 minutes de concentration acharnée !

ETAPE TROIS : POSER LES TONS
J'utilise ensuite mon fidèle Painter. Ce soft présente l'immense
avantage de pouvoir imiter tous les outils classiques de l'artiste.
Tout y est paramétrable: opacité, pression du pinceau, dillution à
l'eau, grain et perméabilité du papier.
J'utilise l'outil aquarelle (water color )en mode "simple" (simple
water mode ).
J'annule tout effet de granulité du papier ( 0% ).
Pour le dragon, j'ai badigeonné sauvagement le dessin de couches
successives d'aquarelle. Pour un meilleur effet de mélange entre
chaque couche, je règle le niveau d'opacité de mon pinceau à 30 %
maximum. Avec un tel réglage, on obtient de subtils mélanges entre
chaque couche. La couleur de la couche inférieure influence chaque
nouvelle couche et s'y diffuse légérement. Ceci permet d'imiter les
effets de glacis que l'on obtiendrait avec des couches successives
d'acrylique très diluée.

Lors de cette étape, il est important d'avoir en place toutes les
tonalités principales du dessin. Pour ce dragon, j'ai opté pour des
mélanges de vert et de vert-émeraude. Un premier essai avec des
couleurs plus chaudes ne m'ayant pas convaincu.

A ce stade là, il n'est pas essentiel de peindre sans dépasser vers
l'extérieur. Il ne faut pas se contenir, mais plutôt effectuer de larges
balayages avec des brosses assez larges. La pression du pinceau
(du stylet sur la tablette graphique )est aussi mise à contribution.
Plus on appuye et plus on va recouvrir la couche précédente. Si on
garde la main légère, la couleur supérieure va se mélanger
légérement avec la précédente. Varier la pression sur un même trait
de pinceau permet d'obtenir des dégradés rapidement.


ETAPE QUATRE : LES DETAILS
L'étape suivante consiste à apporter un niveau supérieur de détails.
Pour l'instant, les détails du dragon n'apparaissent que dans le dessin
au trait. Par exemple, nous savons qu'il a des dents puisque ces
dents sont dessinées. Maintenant, je rajoute une teinte spécifique à
cette dentition. le même traitement viendra apporter d'autres
informations qui ne figurent pas encore dans le dessin, comme la
texture de la peau.
Pour tous ces nouveaux détails, j'ai utilisé un vert plus clair avec un
réglage d'opacité réglé vers 90% afin d'avoir une couleur plus
couvrante.
J'ai rajouté une succession de petites tâches vertes afin de délimiter
moins durement la frontière entre la peau et les plaques d'écailles du
ventre (opacité 30% ).
Pour finir, l'oeil a été coloré en jaune afin d'obtenir un contraste
maximum avec la teinte verte.

Avant de passer à l'étape finale, je gomme toute la peinture qui
dépasse du cerné noir. L'outil de "gomme à aquarelle" (water colour
eraser tool ) est idéal pour cette étape. Il efface la couleur en
épargnant le dessin au trait noir.
ETAPE CINQ : LES ACCROCHES LUMINEUSES
La dernière étape consiste à apporter un degré d'informations
supplémentaire par l'éclairage.

Je rajoute un calque (virtuel ) au dessus du dessin afin d'utiliser
en toute sécurité un nouvel outil de Painter, l'aérographe. En effet,
si je ne suis pas satisfait de telle ou telle partie de ces traits
d'aérographe, je peux les effacer ou les modifier sans altérer le
dessin situé sous le calque.

Après avoir décidé que la lumière viendrait du coin supérieur droit,
j'ai ajouté de petits traits d'un vert plus clair pour éclairer les reliefs
et accentuer les effets de texture de la peau.

Et voilà !
Si ce tutorial a pu vous rendre service, faites-le moi savoir.
J'essayerais d'en poster un ou deux autres à l'occasion de
prochaines mises à jour.